Restauration de la Tapisserie "Le Christ dans sa gloire"

Tapisserie_1200x800px

Afin d’assurer sa conservation et la transmettre aux générations futures, la municipalité des Gets a entrepris de restaurer l’imposante tapisserie qui trône au cœur de l’église. L’œuvre qui a souffert du passage du temps a été transportée aux ateliers de restauration d’Aubusson, où elle avait été assemblée à l’époque. Cette opération d’envergure prendra plusieurs mois.


De l’Egypte aux Gets

Cette grande composition a été tissée au milieu du XXème siècle en Haute-Egypte et assemblée à la manufacture d’Aubusson. Elle fut exposée à d’éventuels acquéreurs en l’église des Gets par son créateur, le père Philippe ACKERMANN, ami du curé de l’époque, et grand admirateur de l’œuvre du célèbre peintre et créateur de tapisserie Jean LURÇAT. La municipalité des Gets décida de l’acquérir en 1970 afin qu’elle trône de façon permanente dans le Chœur de l’église.

Le père Ackermann, missionnaire catholique et artiste

En 1957, le père Ackermann (1914-2011) arrive à Garagos, petit village d’Egypte situé à 25km de Luxor. Il y intègre une école fondée dix ans plus tôt par un Jésuite, le père Stéphane MONTGOLFIER, avec pour mission le développement social et culturel du village(1). Ils créent ensemble les ateliers de Poterie de Garagos qui sont encore renommés aujourd’hui.

Ayant remarqué les talents des nubiennes dans le tissage des couvertures en poil de chameaux, il installa des métiers à tisser dans ce centre d’artisanat, et fit initier les jeunes filles du village. Il suivit lui-même des cours à la maison de la tapisserie d’Aubusson. A cette occasion, il aurait participé(1) à la réalisation d’une partie du « Chant du monde », célèbre suite de tapisseries de Jean LURÇAT, considéré aujourd’hui comme l’un des artistes emblématiques de la tapisserie moderne.  Sur ces conseils, Jean LURÇAT vint en personne passer plusieurs mois à Garagos pour proposer son inspiration aux tapisseries et permettre aux enfants de développer leur expression artistique.

(1) Sources : « Voyage en Haute Egypte » de Catherine Mayeur-Jaouen.

Jean Lurçat, et l’inspiration divine

Peintre, illustrateur, céramiste, poète… Jean LURÇAT (1892-1966) a rénové en profondeur l’art de la tapisserie qu’il traitait en très grand format comme à son âge d’or, du Moyen âge aux Lumières. Grand voyageur, ses créations ont subi les influences de contrées colorées et ont donné à son oeuvre une flamboyance qui n’avait jamais été atteinte jusqu’alors dans cet art. Sa création est pensée pour la tapisserie, contrairement aux peintres qui ont souvent fait réaliser des tapisseries à partir de leurs tableaux.

A n’en pas douter, le père Ackermann a été fortement influencé par l'oeuvre de LURÇAT, qu’il a transposé en une thématique liturgique. Dans « Le Christ dans sa gloire », on retrouve ce jeu de symétrie, ces couleurs éclatantes, et les trois motifs qui reviennent constamment dans ses œuvres :

  • le soleil, qui figure centrale de plusieurs réalisations dès ses débuts,
  • le bestiaire d’animaux. Ici un ange, un aigle, un lion et un taureau, représentant respectivement les évangélistes : Mathieu, Jean, Marc et Luc.
  • les feuillages, qu’il transcende en paradis
  • "La terre", 2.67 x 3.30 m. Tapisserie de Jean Lurçat, 1943.
  • "La grande menace", 4.47 x 8.75 m. Tapisseries de Jean Lurçat, 1957
  • "La poésie" (détail), suite de tapisseries "Le Chant du monde" de Jean Lurçat, 1957-1965.

Les ateliers d’Aubusson

 La tapisserie d'Aubusson compte plusieurs siècles d’histoire.  L'UNESCO a inscrit en 2009 « La tapisserie d’Aubusson » sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Les ateliers ont produit des tentures particulièrement de grandes tailles. 

Les ateliers de restauration à Aubusson perpétuent cinq siècles de tradition et  sont des spécialistes en matière de traitement et de conservation textile. Véritables laboratoires, ils fonctionnent grâce à un personnel expérimenté, aux savoir-faire de précision. Ces techniciens d’art confirmé est spécialistes des textiles anciens savent parfaitement comment aborder les opérations de nettoyage :

  1. Traitement curatif par anoxie
    Consiste à éliminer toute trace d’insectes par asphyxie, notamment les mites.
  2. Nettoyage et le dépoussiérage.
    Ce qui permettra de retrouver un peu de l’éclat des teintures en désencrassant les fils.
  3. Retissage des parties usées
    Les interventions des restaurateurs visent uniquement à stopper les dégradations plutôt qu’à reconstituer l’état originel de l’œuvre : c’est l’authenticité et le caractère historique de l’œuvre qui prime.

Une fois restauré, « Le christ dans sa gloire » retrouvera sa place au cœur de l’église où il préside la prière depuis plus de 50 ans.


Saluons ici le travail des équipes des services techniques de la commune qui ont menées à bien cette opération délicate, du décrochage de la tapisserie à son conditionnement pour le transport.

Durant la restauration de l'oeuvre, une reproduction a été imprimée sur tissu pour habiller le coeur de l'église.

 

Newsletter

Newsletter

Pour être régulièrement informé de ce qui se passe dans la commune, inscrivez-vous pour recevoir notre lettre d'information.

S'inscrire